Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les Nuits d'Aksehir Tomes 1, 2 et 3 (intégrale)

Mangaka: Raku Ichikawa
Traducteur: Yuki Kakiichi
Editeur: Akata
Année: 2017 (VO: 2014 - 2015)
581 pages
8,50€ chaque volume

Manga - Seinen - Spiritualité

Quatrième de couverture (Tome 1):
Ayako est une jeune étudiante à Tokyo, en école de mode. Pourtant, peu motivée, elle ne trouve pas l'inspiration pour créer des designs satisfaisants et originaux. Mais grâce à l'amulette qu'elle porte autour du cou, une opportunité inattendue va se présenter à elle: Hodja, immigré turc, va lui proposer de travailler en tant que serveuse au sein d'Aksehir, son petit restaurant égaré au coeur de Shinjuku. Au fil de ses rencontres et de ses nuits de service, mais aussi au contact de Zakuro, fascinante danseuse orientale, Ayako va découvrir tout le charme de la culture turque... au-delà de tous clichés! Et si cette nouvelle ouverture sur l'étranger lui montrait enfin la Voie à suivre?

Mon avis:
Ce sont les superbes couvertures de cette trilogie qui m'ont attirée en premier lieu. Et le fait que c'était une courte saga, en 3 tomes, ce qui me permettait de me plonger dedans sans être obligée de couper ma lecture en attendant les tomes suivants (j'aime bien lire les sagas d'une traite...). Ainsi, j'ai emprunté les livres sans lire la 4è de couverture, et sans savoir à quoi m'attendre.

A l'ouverture du livre, j'ai été surprise. Une superbe page, représentant l'intérieur d'une mosquée, aux couleurs châtoyantes à dominante bleue, en contre-plongée. Et une phrase: "Le bleu est la couleur d'Allah, de la mer, du ciel et de l'air." Moi qui suis très peu branchée religion, j'avoue que d'entrée de jeu, mes sentiments étaient ambivalents. J'étais dérangée par l'aspect religieux mais séduite par cette illustration... Je poursuis ma lecture, et à la double page suivante, on a carrément droit à la formule sunnite utilisée lors du premier appel à la prière de la journée, le tout sur un paysage sublime aux couleurs douces de l'aube... Puis une page contant "La soupe de soupe de soupe", conte de Nasr Eddin Hodja. Le conte me parle peu, je ne perçois pas bien sa portée, son sens... Je commence ainsi ma lecture avec un sentiment étrange. Je suis curieuse, j'ai envie d'en savoir plus, et en même temps je suis rebutée par le côté religieux, j'ai envie de fuir.

Ce sentiment de curiosité et d'envie de fuir ne m'a pas quittée de toute la lecture. J'ai aimé plonger dans la culture turque, découvrir les différents styles de danses, les plats (que j'avais très envie de goûter...), les superstitions. J'ai trouvé intéressant de parler librement de l'Islam, de la religion, de façon ouverte et bienveillante, en sortant des caricatures habituelles. Mais j'ai été dérangée de voir que l'héroïne se posait la question de la conversion, comme si la religion était LA voie à suivre. D'autant qu'au final, on n'a aucune réponse. L'histoire finit en queue de poisson, sans que l'on sache trop ce qu'elle va faire, ce que sera son parcours, si finalement, elle va parvenir à s'affirmer (ou je n'ai rien compris, c'est pas impossible...).

De plus, des personnages secondaires apparaissent, semblent avoir un rôle à jouer important, puis finalement disparaissent sans que rien ne soit réglé. Cela manque de dialogue, de faits, d'actions. J'ai presque eu l'impression que le manga était un prétexte pour présenter la culture turque peu connue au Japon. L'histoire étant sans grande importance.

En conclusion, c'est une lecture étrange. Je ne parviens même pas à savoir si j'ai aimé ou non. Une expérience littéraire intéressante mais bizarre.

 

Les Nuits d'Aksehir Tomes 1, 2 et 3 (intégrale)

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article