Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une silhouette au crépuscule

Il ne me reste plus qu'à passer prendre du pain, dans ma boulangerie habituelle qui se situe à mi-chemin. Et c'est en arrivant au carrefour, alors que je tourne sur la droite, que je remarque la silhouette mauve appuyée sur le rebord en bois de la boutique. Elle a le dos appuyé contre la vitrine. Mon coeur fait un bond dans ma poitrine. J'approche, presque intimidée. Je ne peux m'empêcher d'éprouver un sentiment de culpabilité par rapport à l'incident du début du mois. Je me demande si elle ne va pas me reconnaître et m'incendier parce que j'ai failli la renverser ce jour-là.

Valérie Gustave, p.14

Autrice: Valérie Gustave
Editeur: Autoédition
Année: 2020
ISBN: 9798624551244
103 pages

Fantastique - Nouvelle?

Quatrième de couverture:
L'été, dans le Tarn. Elisa s'étonne de voir une femme à l'allure distinguée vivre dans la rue. Elle va mener une enquête pour comprendre ce qui a bien pu lui arriver, l'origine de cette déchéance. Ses recherches vont l'amener alors dans un univers surprenant où la peinture et la sorcellerie vont être étroitement mêlés. L'esprit cartésien d'Elisa va être totalement bouleversé.

Mon avis:
Ce livre m'a été offert par une amie qui l'a fait dédicacer pour moi lors d'un évènement organisé par L'Imaginarium, un café culturel (café-bouquiniste-librairie-jeux) situé près de chez moi, qui fait aussi vente de livres d'occasion en ligne.
Je ne connaissais pas cette autrice. Ce livre est son premier roman. Pour moi, cela se rapproche cependant fortement de la nouvelle. Le texte est très court (je l'ai lu dans l'après-midi, en faisant des pauses pour d'autres activités), va à l'essentiel, avec une fin percutante.
En début de lecture, j'ai été très déstabilisée car je me suis retrouvée projetée dans une ville que je connais bien mais que je n'ai jamais réussi à apprécier avec le regard que lui porte l'auteur. C'est agréable d'être chez soi, et de redécouvrir son chez soi avec un regard nouveau, comme si c'était chez quelqu'un d'autre. Les descriptions des lieux sont très réussies, émotionnelles, sensibles, vivantes. Même si vous ne connaissez pas Castres, là, vous aurez l'impression de connaître la ville par coeur et d'y être. Cela reste étrange cependant, d'avoir des images réelles qui se superposent aux images peintes. Habituellement, mon imaginaire est mon seul support. Là, au contraire, mon vécu a été mon premier support, et je me suis vue à la place de l'héroïne.
Le début est très réaliste (d'autant plus quand je suis moi-même en train de mourir de chaud alors que l'atmosphère et la chaleur est étouffante pour l'héroïne du roman...), le décor est posé.
Très vite, une rencontre, un questionnement. L'héroïne enquête et on bascule, doucement mais sûrement vers l'étrange et le fantastique. Je n'ose pas trop en dire, car le texte étant déjà très court, j'aurais trop peur de vous en gâcher la lecture. Une chose est certaine, j'ai partagé avec l'héroïne son état émotionnel, ses questionnements, ses doutes, sa stupeur. Des références culturelles sont données que, du haut de mon "inculture" incommensurable, je ne partage pas (du moins pour un grand nombre d'entre-elles). D'autres me sont venues en tête. J'ai pensé au film "Le Tableau", vu il y a quelques années avec mes élèves lors d'une projection "Ecole et cinéma". J'ai également pensé à la nouvelle lue hier, de Haruki Murakami, L'étrange bibliothèque, pour l'atmosphère étrange ressentie dans la bibliothèque et la salle des archives, et pour le basculement vers l'univers fantastique en cours de route. L'univers étant quand même beaucoup moins sombre, onirique et cauchemardesque.
Puis, j'ai pensé à une amie, autrice, qui me disait avoir toujours un carnet de notes posé sur sa table de chevet. J'avoue que cette nouvelle semble sortie d'un de ces rêves.
L'auteur a mis beaucoup de son réel, et la frontière entre réalité et fiction est floue, un peu comme dans nos rêves, et j'ai adoré ça. J'aime quand les pistes sont brouillées.

Un bon moment de lecture en somme, bien que j'aurais aimé qu'il dure plus longtemps. Les personnages sont intéressants, et les relations entre eux auraient pu être plus approfondies. C'est mon bémol. Plutôt cool comme bémol, pour un premier roman! Ca donne envie d'en lire d'autres! :)

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Valérie FREDERICK 26/07/2020 11:25

Merci pour cet avis très bien argumenté sur mon petit roman!

27/07/2020 14:18

Avec plaisir! Et merci pour ton commentaire! :)

Céline 22/07/2020 10:39

Je ne sais pas si le livre me plairait mais en tout cas, je vais regarder de plus près la partie bouquinerie du site L'imaginarium :)
Bonne journée !

22/07/2020 12:23

Oui, faut pas hésiter à y revenir! Elle a plein de livres non répertoriés sur le site encore. Donc c'est intéressant de consulter régulièrement ce qu'il y a. Et si tu cherches un livre en particulier, tu peux envoyer un petit mail, Magali (la gérante), te dira si elle l'a en stock! :)

L'Imaginarium 21/07/2020 21:07

Merci pour ce retour... et pour cette petite mise en avant du café :)

21/07/2020 21:36

Avec plaisir! Même si ce n'est pas avec les rares lecteurs du blog que ça va changer grand chose! :(